Mieux comprendre l’imagerie de la femme

Le nouveau centre d’imagerie médicale d’Imapôle Lyon-Décines, au coeur d’OL City (le parc Olympique Lyonnais de Décines) propose un diagnostic amélioré grâce à du matériel haut de gamme.

 

Mammographie

 

Dépistage, Suivi

La mammographie est l’examen radiologique de référence pour le dépistage des cancers et des lésions pré-cancéreuses des seins, même à un stade précoce. Elle recherche des anomalies telles que des opacités, des micro-calcifications.

Le cancer du sein est le plus fréquent chez la femme. Sa fréquence augmente avec l’âge. Plus il est détecté tôt, plus il est facile à soigner et guérir

Cet examen est indiqué :
1 – A titre individuel, tous les 2 ans, à partir de 40 ans, en fonction des facteurs de risque (antécédents de cancer du sein ou de l’ovaire dans la famille, prédisposition génétique, tabac, alcool, obésité…) et sur ordonnance du médecin généraliste ou du gynécologue.
2 -Dans le cadre du dépistage organisé (ADEMAS, ODLC) de 50 à 74 ans. Vous recevrez une convocation par l’organisme de dépistage tous les 2 ans. Il est alors pris en charge à 100 % par l’Assurance maladie
3 – Après 74 ans, le CNGOF (Collège national des gynécologues et obstétriciens français), recommande (avec le soutien de la Ligue Nationale contre le cancer) la poursuite du dépistage individuel avec une mammographie tous les deux ans, pour les femmes qui le souhaitent et après discussion avec leur médecin.
4-Lors de la découverte d’une boule dans le sein ou le creux axillaire, d’un écoulement anormal du mamelon, d’une anomalie de la peau du sein ou du mamelon.

Déroulement de l’Examen

L’examen doit être réalisé dans la première partie du cycle menstruel c’est-à-dire dans les dix premiers jours du cycle.
Dans un premier temps, vous vous déshabillez dans une cabine individuelle. Le manipulateur vous explique ensuite comment vous installer. Tout en restant debout, il faut avancer le thorax le plus possible contre l’appareil pour pouvoir bien poser tout le sein sur la plaque qui contient le film. Une seconde plaque vient alors appuyer sur votre sein et l’aplatir.
Deux clichés sont réalisés sur chaque sein de face et en incidence oblique. En moyenne, la mammographie dure entre 10 et 15 mn, sauf si des examens complémentaires doivent être réalisés.
Après la mammographie, le radiologue va vous interroger, analyser les clichés et réaliser un examen clinique : il vérifie l’aspect de la peau et du mamelon, palpe les seins et les aisselles. Parfois, il peut avoir besoin de réaliser une échographie complémentaire pour affiner l’interprétation des images. Il vous donne souvent le résultat tout de suite et vous repartez avec vos clichés que vous devrez conserver soigneusement jusqu’à la prochaine mammographie.
La comparaison avec les anciennes mammographies est très importante : pensez à bien rapporter vos anciennes mammographies, au minimum les deux derniers bilans.

Quand la mammographie révèle une anomalie

En fonction des anomalies rencontrées, des incidences complémentaires pourront être réalisées (agrandissements, profil interne, cliché déroulé, cliché localisé).
De même, la réalisation d’une échographie peut être motivée pour préciser certaines anomalies mammographiques ou en présence de seins très denses, en particulier chez une patiente à risque ou en cas d’anomalie à la palpation ou encore lorsqu’il s’agit d’une première mammographie et/ou que la comparaison avec des anciennes radiographies n’est pas possible.
Enfin, l’IRM trouve une place de plus en plus importante en complément de la mammographie, pour laquelle un rendez-vous rapide sera organisé si nécessaire.
Si le bilan sénologique retient une anomalie potentiellement suspecte ou suspecte, une biopsie (prélèvement de fragments de tissus) sera organisée avec le radiologue dans les jours ou la semaine qui suivent. Les prélèvements seront envoyés par nos soins dans un laboratoire pour analyse au microscope. Cela s’appelle un examen anatomo-pathologique.

 

La biopsie : micro et macro

 

Quand le clinicien ou le radiologue se trouve devant une lésion palpable, ou devant une image radiologique vue sur la mammographie, ou encore sur l’échographie mammaire, il est parfois nécessaire de faire un prélèvement pour pouvoir analyser les cellules, et confirmer la nature bénigne ou maligne de la lésion. C’est le radiologue qui réalisera ce prélèvement.
Devant une image kystique de grande taille, douloureuse ou déformant le sein, il est souvent réalisé une cytoponction, le plus souvent sous guidage échographique (ponction à l’aiguille fine, indolore) afin de retirer le liquide et faire disparaître le kyste. Si l’image est typique, il n’est pas nécessaire de faire analyser le liquide retiré.
Devant une image solide (non liquidienne), une zone de densité anormale, des microcalcifications et plus généralement chaque fois que l’on veut vérifier la nature d’une lésion, il est nécessaire de pratiquer une analyse des tissus en réalisant une biopsie qui consiste à retirer un ou plusieurs fragments de l’image que l’on veut faire analyser au microscope (= analyse histologique ou anatomopathologique). Il existe 2 types de biopsies : les micro-biopsies, les macro-biopsies (aiguille un peu plus grosse) avec plus récemment la biopsie par Mammotome Elite macro-biopsie.
Seule l’analyse histologique d’une lésion permet d’affirmer sa nature cancéreuse ou non.
Sa bonne pratique est l’aboutissement d’une étroite collaboration entre le radiologue, le clinicien et le médecin anatomo-pathologiste, d’où l’intérêt de se confier à une équipe multidisciplinaire rodée à la prise en charge de ce type de pathologie.

Déroulement de l’Examen

Après vous être allongée sur le dos, torse nu, le médecin réalisera une nouvelle échographie pour cibler l’anomalie et déterminer le siège précis par lequel il introduira une aiguille fine. Il vous demandera de placer les bras au-dessus de la tête, puis, après une soigneuse désinfection de la peau et mise en place d’une protection stérile autour de la sonde d’échographie, le radiologue réalisera une anesthésie locale en injectant sous la peau le liquide anesthésique (Xylocaïne®) qui rend le site de biopsie insensible, en quelques secondes, pour une durée de 30 minutes environ. Ainsi, vous ne ressentirez aucune douleur ni pendant l’examen, ni après, lorsque l’anesthésie aura cessé. Une incision cutanée minime, de 1 à 3 mm, est nécessaire pour introduire l’aiguille du système de biopsie. La progression de l’aiguille est soigneusement contrôlée sur l’écran de l’échographe. Le dispositif de prélèvement est équipé d’un ressort qui permet à l’aiguille de détacher un fragment de tissu d’un mouvement très rapide, responsable d’un claquement qui ne doit pas vous surprendre. Plusieurs prélèvements successifs (en moyenne 4 prélèvements) et indolores sont réalisés, l’anesthésie locale étant encore efficace.
Il sera parfois nécessaire, notamment pour les lésions de petite taille inférieure à 5 mm, de réaliser au décours de la biopsie la pose d’un marqueur métallique ou clip intramammaire. Celui-ci sera introduit par le même orifice d’entrée que pour la biopsie.
La procédure dure en moyenne 20 à 30 minutes, mais il faut compter environ une heure de présence au centre d’imagerie.
Un compte rendu de l’examen est systématiquement joint à votre dossier radiologique.

Après la Biopsie ?

Un pansement hermétique est appliqué sur la peau, et ne doit pas être enlevé avant 4 jours, pour permettre une bonne cicatrisation cutanée. En cas de macro-biopsie un pansement compressif sera appliqué pendant 24 heures.
Dans la grande majorité des cas, il n’y aura aucune trace du prélèvement.
Une ecchymose cutanée transitoire peut toutefois apparaître au niveau du point de ponction.
Dans les 3 jours qui suivent le prélèvement, une boule dure et douloureuse, correspondant à un hématome ou à une infection pourrait exceptionnellement apparaître : dans ce cas, vous pourrez contacter le service et le radiologue.
Les prélèvements sont ensuite adressés par coursier au laboratoire d’anatomopathologie. Les résultats de l’analyse seront envoyés à votre médecin traitant ou à votre gynécologue, dans les 5 à 8 jours. Le radiologue ou votre médecin vous indiquera la conduite à tenir, adaptée en fonction de ces résultats.
Il est important de conserver soigneusement le compte-rendu d’analyse qui sera utile pour votre suivi et le prochain contrôle radiologique.

 

Pose de harpon

Lorsque que l’exérèse chirurgicale de l’anomalie détectée et biopsiée est nécessaire (notamment pour les lésions non ou peu palpables), le chirurgien peut demander au radiologue d’introduire un petit fil métallique appelé « harpon » dans la lésion pour lui permettre de bien localiser la zone à opérer. La procédure est la même que pour une biopsie. Elle est également réalisée sous guidage échographique, la veille ou le jour de l’intervention.
Après mise en place du harpon, un pansement hermétique est placé et des clichés mammographiques de face et de profil sont souvent réalisés.

Vous souhaitez prendre un rendez vous ?

Nos examens

Découvrez l’ensemble de nos prestations

Crise Sanitaire - COVID 19 - Continuité de Soins

En accord avec les recommandations gouvernementales,
Imapôle Lyon-Villeurbanne maintient son activité, de manière totalement sécurisée, afin de permettre à tout un chacun de ne pas avoir de retard diagnostic, ni de perte de chance. Toutes nos équipes restent mobilisées.

Vous pouvez nous joindre au téléphone ou prendre RDV en ligne..

Afin de respecter les consignes, merci de venir seul à votre RDV, muni d'un masque, et de respecter les règles de distanciation sociale.
Pour minimiser le temps d'attente sur place, vos resultats seront à récupérer en ligne via notre site internet.

Nous vous remercions pour votre compréhension ainsi que pour votre confiance.

Merci pour votre aide.

Bien à vous.